Déséquilibres entre populations animales et activitées humaines

« Battue exceptionnelle à Yutz-Illange  

Demain, la forêt de Yutz et Illange sera totalement fermée. Les lieux, quelque deux hectares coincés entre une voie rapide, une route départementale et une zone urbaine très peuplée, d'ordinaire dédiée aux loisirs familiaux seront entièrement réservés aux chasseurs ce samedi matin. Une battue administrative encore jamais organisée y sera donnée, à la demande des communes de Yutz et Illlange. « Une inquiétante présence de sangliers nous était signalée, expliquent les maires des deux communes. Certains ont même été aperçus dans des jardins ou sur les routes. Il fallait absolument faire quelque chose ». La préfecture a nommé le lieutenant de louveterie Didier Lefèvre qui a retenu une centaine de chasseurs et une trentaine de traqueurs. « Les chasseurs partiront vers 8 h, en cinq lignes avec des consignes drastiques, quasi militaires. Avec les routes d'un côté et les maisons de l'autre, on ne peut pas se permettre la moindre erreur ».

Le but étant d'abattre un maximum de gibier, sangliers, renards mais aussi cervidés. Parallèlement le contournement de Yutz et la route départementale de Stuckange seront coupés à la circulation, de 8 h à midi. »

 

Voilà la découpure de presse du Républicain Lorrain en date du 1 février 2008.

 

Le résultat de la journée se chiffra à 54 sangliers dont 19 marcassins en livrée, 16 chevreuils (je retiendrai surtout 5 magnifiques brocards en velours) et 2 renards.

Mais les consignes avaient été claires : exterminer (battue de destruction oblige) un maximum d'animaux. De plus aucune bague ne sera apposée sur les chevreuils. Beaucoup de laies ont été tiré, des petits mâles, mais étonnement aucun gros mâle armé n'a été mis au tableau, très peu entre aperçus... Ils se trouvaient certainement dans les fourrés avoisinant l'enceinte traquée et que nous n'avons pas chassés. Cependant avec une centaine de fusils, 35 traqueurs (une seule fille) et 40 personnes assurant divers service (agents de l'ordre pour fermer les routes, chauffeurs des camionnettes prêtées par Yutz pour le transport des traqueurs,…) la sécurité était de mise, la consigne absolue ! Néanmoins, je ne puis que tirer mon chapeau à Didier Lefèvre car grâce à une organisation parfaite, aucun accident, même pas un incident n'est survenu. Tant le transport des traqueurs, que le ramassage du gibier sur les lignes (une remorque sur chaque ligne) ainsi que l'éviscération du gibier où les tireurs ont littéralement mis « la main à la pâte ». Je précise tout de même que le gibier tiré a été vendu. La journée se termina évidemment par un excellent repas offert par les municipalités concernées.

De plus un soleil radieux nous accompagna toute la journée. Par contre la veille, la pluie était tombée à torrent, créant ainsi quelques « piscines artificielles » dans l'enceinte chassée. Je noterai toutefois le fait que certaines parties de la forêt étaient totalement piétinées par les animaux. Plus d'herbe, mais de la boue décorée de milliards d'empreintes. Je n'avais réellement jamais vu ça… Il y avait énormément de sangliers, bien plus d'une centaine pour environ 200ha. Vous vous doutez bien que niveau coups de feu, on était servi. Effectivement, si au début de la traque on pouvait les compter, à partir d'un moment beaucoup de coup de feu sont tombés en même temps, une énorme pétarade, un peu comme un feu d'artifice et sur pratiquement toutes les lignes. Après cela, à tout bout de champ d'autres coups de feu tombaient. Incroyable ! (On estime à plus de 300 coups de feu pour trois heures de permission de tirer, cette consigne ayant été elle aussi scrupuleusement respectée. Il y avait des sangliers sur pied véritablement partout ! Et quand on ne les voyait pas, on les entendait fuir devant nous dans les ronciers. Je noterai aussi que les chiens ont fourni un excellent travail!

La conclusion qui s'impose à moi est qu'une telle situation illustre mieux qu'un long discours le fait que la chasse est  et restera une impérieuse nécessité !

L'homme ne pourra jamais se soustraire au fait qu'il faut réguler les populations d'animaux sauvages, n'en déplaise aux penseurs de la prétendue défense des animaux ! Rien ne remplacera le réalisme.

Avec un taux d'accroissement annuel d'environ 300%, imaginez la densité de bêtes noires qui hanterait ce territoire pratiquement clos, coincé entre les grillages de la voie de contournement et l'agglomération proprement dite de Yutz, au bout de deux, voire trois années. D'ailleurs, si cette battue de destruction a été organisée c'est bien entendu suite aux à de multiples « rencontres » dangereuses que constitue la divagation d'animaux pouvant peser jusqu'à plus de 100 kg, sur les routes internes de la zone concernée. Et ne méconnaissant surtout pas les dégâts occasionnées aux propriétés privées (jardins et vergers) ou publiques tels qu'aires de jeu, accotements et espaces verts, etc…

Bref, les deux Maires des communes concernées par le problème ne s'y sont pas trompés en adressant un grand merci pour le service rendu aux habitants de Yutz et Illange par les chasseurs !



08/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour