L'echinococcose alvéolaire

L'échinocoque, du nom latin Echinococcus mutilocularis, est un parasite et plus particulièrement un ver plat long de 3 mm en moyenne. Il infeste généralement l'intestin du renard, mais aussi celui du chien ou du chat qui n'en souffre absolument pas. Ces hôtes sont alors appelés « porteurs sains ».

Malheureusement l'Homme peut être contaminé accidentellement et développer une maladie grave en ingérant des œufs d'échinocoque. Sans provoquer de symptômes, les larves d'échinocoque se développent pendant plusieures années dans le foie pour former une tumeur qui entraînera la destruction de cet organe. Elles peuvent aussi « coloniser » d'autres organes tel que le poumon ou le cerveau… La personne contaminée aura tardivement des signes de cette maladie : des douleurs abdominales, la jaunisse, de la fièvre, le tout associé à un gros foie. L'échographie, puis le scanner ou l'IRM, permettent de poser le diagnostique et un test sanguin le confirmer. Le traitement sera alors lourd, souvent à vie, avec prise d'un antiparasitaire adapté qui bloque l'évolution du parasite sans le tuer. Quelques fois, seule une greffe de foie peut sauver la personne…

Les œufs d'échinocoque sont évacués dans les crottes de renard, de chien ou de chat. Ces crottes infectantes, même si elles ne sont pas présentes, peuvent avoir souillé le pelage des animaux, les végétaux sauvages ou cultivées, la terre et les mains.

ATTENTION : la contamination ne se fait jamais par l'urine des animaux.

 

1. Le stade adulte d'Echinococcus multilocularis (le « ver du renard »), se développe entre les villosités de l'intestin grêle chez l'hôte définitif (chien, chat, renard). Les hôtes définitifs sont toujours des carnivores.

 

2. Le ver adulte est formé de plusieures parties : la tête du ver et plusieurs autres segments. Le segment terminal contient les œufs matures.

 

3. Les œufs matures sont expulsés avec les excréments du carnivore et dispersés dans l'environnement.

 

4. Les hôtes intermédiaires s'infectent en mangeant des végétaux contaminés.

Les hôtes intermédiaires naturels sont principalement des petits rongeurs (campagnols,…).

Les humains sont des hôtes intermédiaires accidentels.

 

5. Le stade larvaire d'échinocoque se développe principalement dans le foie. Il forme alors de petites vésicules (qui donnent un aspect « alvéolaire »).

Chez les rongeurs, la maturation des larves arrive à terme et forme des larves fertiles, alors que chez l'Homme les larves ne parviennent le plus souvent pas à maturation complète. C'est ce qui est à l'origine de la maladie chronique nommée « échinococcose alvéolaire ».

 

6. Le cycle est bouclé quand un hôte définitif dévore un rongeur infecté.

 

  

C'est pourquoi des mesures doivent être prises contre cette maladie :

 

-          La surveillance. Les cas humains et les donnés épidémiologiques sont recueillis et analysés en France et en Europe. De plus le parasitisme des renards fait l'objet dévaluation dans 39 départements français et les populations de renards font l'objet de programmes de suivi et d'études spécifiques. C'est à cette fin par exemple, que des gardes de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage tirent de nuit et au moyen de phares un certain nombre de renards qui sont analysés

-          La lutte contre les rongeurs en limitant la pullulation de campagnols peut paraître logique pour contribuer à réduire la propagation du parasite. Mais beaucoup d'incertitudes demeurent cependant sur la faisabilité et l'efficacité d'une telle démarche.

-          La lutte contre une trop forte prolifération des renards s'impose. N'oublions pas que cet animal a colonisé nos villes et villages.

La vermifugation des renards, possible en captivité, n'est pas envisageable à grande échelle. Mais la mise au point d'un vaccin pouvant être administrés aux renards contre l'échinococcose fait l'objet de recherches.

 

De votre côté vous pouvez éviter la contamination en respectant quelques règles simples :

-          Ne pas manger de plantes ou de fruits crus même après congélation (pissenlits, myrtilles, mûres, champignons,…). En effet seule la cuisson (10 minutes à 60°C) peut tuer les œufs d'échinococcose. De plus les œufs ne craignent ni l'eau javellisée ni l'eau vinaigrée.

-          Laver systématiquement et à grandes eaux, les fruits et les légumes.

-          Clôturez votre potager.

-          Lavez-vous les mains après avoir touché la terre, manipulé ou caressé un animal, y compris un animal familier, avant de passer à table.

-          Ne laissez pas vos chiens et chats divaguer.

-          Laver les chiens à leur retour de la chasse en mettant des gants.

-          Vermifugez vos compagnons à quatre pattes au moins deux fois par an sous contrôle vétérinaire.



08/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour