Respect ?

Croient-ils respecter la Nature en écrasant ou en avalant chaque jour des milliers d'être vivants?
Pour être totalement végétaliens (en effet ils prétendent même ne pas manger leur amis), ils devraient faire comme les sages indous: c'est à dire mettre devant leur nez un masque pour ne plus avaler d'insectes, mais aussi en ne se lavant plus ! Ils ne se rendent pas compte du nombre de bestioles qu'ils massacrent avec les produits Ushuaia. Savez vous qu'
Ushuaia est la capitale de la province argentine la plus méridionale de la Terre de Feu. La ville est considérée comme étant la plus australe (condition de vie très difficile) du monde...
Et que signifie respecter la vie pour eux? Est-ce que le respect de la vie est le développement anarchique de la vie elle-même? C'est à dire avec aucune possibilité de régulation du biotope. Prenons le cas de leurs fameuses biches, c'est à dire le chevreuil. Ils ne savent visiblement pas que si les possibilités du terrain permettent à 100 chevreuils de tout âge et des deux sexes d'y vivres, qu'après une année (incluant une période de naissances) il faut prélever environ 40 individus pour que l'année d'après il y en ait à nouveau 100? Car le taux d'accroissement du chevreuil est d'environ 40% par an. Alors bien sur on peut laisser interdire la chasse. Mais je ne sais pas si le monde agricole, sylvicole, horticole,... sera d'accord avec cela puisqu'au bout de 5 ans il y en aurait entre 300 et 400 chevreuils au lieu des 100 du départ. Vive les abroutissements et autres frottis ! Je puis vous assurer que les forestiers seront très heureux ! Cette même règle d'accroissement de population appliqué aux sangliers fait que là où un massif donné contient 100 individus de tout sexe et de tout âge, il faudra en tuer après naissance environ 300. 
Entre temps vous aurez peut être compris que tout ce petit monde sauvage à faim et que les animaux se nourrissent sur le terrain, même si les « écolos » lors de promenades (à la manière de la visite d'un zoo), ne les voient pas paître comme de vulgaires troupeaux. Et à leur avis où se nourrissent ces pauvres bêtes (chevreuils, cerfs, sangliers,…) ? Réponse : sur le terrain et où c'est le plus facile à trouver. En clair dans les cultures humaines, sur le dos des productions agricoles. D'après vous combien de temps faudra-t-il à l'agriculteur pour réagir et protéger ses récoltes ? Il n'aura ni le temps de courir après ces bêtes, ni les moyens de clôturer toutes ses cultures. Par conséquent l'INRA aura vite fait de créer (si cela n'existe pas déjà) et de mettre sur le marché un « chevreuillicide ou un sangliericide ». Et bien entendu ce sera indistinctement toutes les espèces vivantes qui seront concernés (grandes ou petites). De plus, n'oubliez pas que la contamination de l'Homme est tout à fait possible !



02/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour